LES MEMBRES DES CLUBS D’ADOLESCENTS ET JEUNES ENTRETENUS SUR L’APPROCHE « CHAMPIONS DU CHANGEMENT » PAR LES FACILITATEURS DU PROJET SSR d’ADESCO


Pour une meilleure appropriation de l’approche Champions of Change », les champions du changement, les Facilitateurs sur le projet « Promotion des Droits des Adolescents à la Santé Génésique au Togo » d’ADESCO ont animé des séances avec les membres des clubs «Zéro grossesse » du CEG Tchawanda et « Club Islamique» de CISELA  (Centre islamique socio-éducatif de lutte contre l’analphabétisme) de Kpangalam le 29 mai 2019 à Sokodé.  

Il faut reconnaître que cette approche permet aux adolescents et jeunes de prendre conscience et de décider de leur avenir avec l’accompagnement des parents et autres membres de la communauté.  Elle leur permet également de promouvoir le changement pour l’égalité entre les sexes et les droits des filles/jeunes femmes et les amène à lutter contre les inégalités des normes sociales en donnant les mêmes chances aux filles et aux garçons pour pourvoir jouir de leurs droits.

Les séances de travail ont respectivement porté sur deux modules : « Etre un jeune homme » et «Mon droit à l’information complète et exacte» avec des sous thèmes bien développés. Ces propos recueillis auprès des participants nous prouvent que les messages clés sont reçus.

« Cette formation m’a permis personnellement d’être capable de prendre la parole en public. J’ai également appris qu’on ne doit pas se moquer de ses camarades lorsqu’elles parlent du sexe et de la sexualité en utilisant les termes corrects. Moi j’aime me moquer de mes camarades lorsqu’elles parlent de ces sujets mais j’ai compris que ce n’est pas bon et je prends l’engagement de ne plus le faire « , propos de DOKPONOU Yawa Claire, membre du club au CEG Tchawanda, canton de Sokodé.

«  Le travail que nous avons fait aujourd’hui est très important pour nous les garçons. Nous avons fait la différence entre le sexe et le genre. Je sais dès lors que le sexe est inné, est le même partout mais le genre qui est culturel change d’une société à une autre. Je sais aussi que nous pouvons faire le travail que nous souhaitons qu’on soit fille ou garçon. Nous allons encourager les autres garçons à faire les activités que souvent on pense que c’est le travail des filles », a déclaré BAWA Akime, M, membre du club Islamique, CSP CISELA, canton de Kpangalam.

Cette activité s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet : « Autonomisation des filles et des jeunes femmes pour l’engagement citoyen au Togo : Girls Lead » de Plan International Togo.

 

 

 

Partagez