ASSAINISSEMENT TOTAL PILOTE PAR LA COMMUNAUTE (ATPC) : Six cantons certifiés FDAL dans une des zones de couverture d’ADESCO, préfecture d’Assoli


Dans le but de renouer plus l’engagement des communautés dans le maintien de leur statut Fin de  la Défécation à l’Air Libre (FDAL) avec l’intégration des nouvelles thématiques sur la Gestion Hygiénique des Menstrues (GHM), la Gestion Sécurisée des Excrétas (GSE), l’Equité et la Non-discrimination (END), le traitement de l’eau à domicile et la résilience, les Cellules de Coordination Régionale et Préfectorale ATPC Kara et ATPC Assoli et l’ONG/ADESCO en collaboration avec le Préfet d’Assoli, ont organisé une célébration groupée de six cantons à savoir Soudou, Dako, Alédjo, Koumondè, Bouladè, Bafilo d’Assoli qui ont mis fin à la défécation à l’air libre. La cérémonie  s’est déroulée le jeudi 21 novembre 2019 à Alédjo Kara.

Ce rassemblement a permis de rédéclencher les leaders locaux pour l’orientation vers les ouvrages durables en prenant en compte les personnes potentiellement défavorisées (PPD).

C’était en présence du Préfet d’Assoli, des chefs cantons et villages d’Assoli, des Maires et Conseillers municipaux, d’une équipe d’ADESCO et de  la population d’accueil  d’Alédjo Kadara ; un des cantons qui a su réaliser des latrines améliorées durables pour servir d’exemple aux autres localités.

Les allocutions des différents intervenants ont interpellé les populations sur le maintien du statut FDAL renchérit par une mise en scène qui a été faite pour sensibiliser la population sur l’importance de la réalisation des latrines. Après la remise officielle des certificats FDAL et drapelets aux six chefs cantons, il y a  eu visite des ménages pour apprécier l’état des latrines réalisées à Alédjo Kadara.

Cette activité s’inscrit dans la droite ligne du Mouvement pour un Togo sans la défécation

à l’air libre, TOGO SANDAL à travers l’approche ATPC expérimentée par l’ONG/ADESCO dans 423 localités de 24 cantons des préfectures de Bassar, Dankpen et Assoli dans la région de la Kara. Ceci, avec l’appui financier du Fonds Mondial pour l’Assainissement, de l’Unicef et du Gouvernement Togolais à travers le Ministère de la Santé et de l’hygiène publique.

Partagez