Santé Sexuelle et Reproductive des jeunes et adolescentes : Formation du personnel du projet SSR-BMZ sur le genre transformateur et l’inclusion et les violences basées sur le genre


L’existence de croyances, normes sociales et religieuses qui influencent les relations de pouvoir entre homme et femme, notamment en matière de droits sexuels et reproductifs empêchent les filles et les femmes de jouir desdits droits. Ces normes véhiculent un rôle sexuel de la femme et de la fille confiné à satisfaire les envies et désirs de l’homme et du garçon et à la procréation ; ce qui laisse très peu de place à la libre communication, au droit de refuser des avances, au droit de la jeune fille d’utiliser la méthode contraceptive de son choix sans nécessairement avoir le consentement de son partenaire, de pouvoir contrôler sa procréation. Les mères adolescentes sont particulièrement limitées dans la prise des décisions relatives à leur santé reproductive, et sont souvent victimes d’un isolement social important et d’un manque de soutien, y compris les services essentiels. Une autre manifestation de ces inégalités du genre est la forte prévalence de la violence basée sur le genre.

Ainsi, pour contribuer à la transformation des rapports inégaux de genre dans les préfectures de Sotouboua et de Mô, le projet « Renforcement de l’accès au droit à la santé sexuelle et reproductive des jeunes filles et adolescentes des préfectures de Sotouboua et de Mô au Togo » financé par BMZ et Plan International Allemagne a procédé à la formation de son équipe sur le genre transformateur et inclusion (GTI) et sur les  violences basées sur le genre (VBG) du 03 au 07 Mai 2021 à sotouboua.

C’est une formation des formateurs qui a eu pour objectif de renforcer les capacités de l’équipe de projet SSR-BMZ sur le genre transformateur, l’inclusion et les violences basées sur le genre.

L’équipe du projet renforcée, formera à son tour les membres de réseaux communaux des groupements d’épargne des préfectures de Sotouboua et de Mô sur l’approche GTI pour les outiller à animer des sessions de sensibilisation/réflexion au sein des groupes d’épargnes avec les populations cibles sur les normes de genre/stéréotypes sexistes dans leurs communautés.

Les encadreurs de clubs d´enfants seront ensuite formés par les animateurs du projet sur les modules de VBG et ces derniers dérouleront au sein de leurs clubs respectifs, les modules sur les violences basées sur le genre à l’endroit des jeunes membres de leurs clubs.

L’atelier a connu la participation de 14 personnes dont 05 de l’ONG ADESCO, 07 de l’ONG RADAR, et 01 de plan International Togo.

Un plan d’action a été élaboré pour la mise en œuvre des acquis de la formation par chaque structure dans les communautés cibles.

Un des animateurs en fin de séance nous livre ses impressions : « Je dis grand merci aux Facilitateurs de cette session de formation qui ont su nous conduire pour l’atteinte de notre objectif majeur qui était de renforcer nos capacités sur le GTI et les VBG. Nous sommes dès à présent outillés pour implémenter ces connaissances dans nos structures respectives et au sein des communautés pour la déconstruction des normes de genre en vue de l’autonomisation des filles et des femmes », a déclaré Mme BAGNAN Félicité, Animatrice sur le projet SSR-BMZ à l’ONG ADESCO.

Partagez